Volume 8 No 3





Ringo et ses nouvelles étoiles


par Alain Lacasse

Ringo Starr a lancé en août dernier son plus récent disque sur scène intitulé King Biscuit Flower Hour Presents Ringo And His New All-Starr Band. En fait, l'album est sur étiquette King Biscuit, mais est distribué par EMI Music Canada. Ce CD regroupe quelques-uns des meilleurs moments de la tournée de Ringo et ses amis en Amérique du Nord l'an passé.

Le contenu est alléchant. Seize chansons et plus de soixante-dix minutes de musique. On se rend compte que Ringo chante mieux que jamais. Sa voix est plus juste et forte. M. Starkey est en grande forme. Il domine ce disque avec neuf chansons. L'influence antillaise sur The No-No Song est fort plaisante. Les interprétations de Photograph, Act Naturally (avec son piano honky-tonk) et I Wanna Be Your Man sont aussi excellentes. Heureusement, on n'a pas inclus It Don't Come Easy sur l'album, car cette chanson était loin d'être réussie durant cette tournée.

Les membres du New All-Starr Band retiennent aussi l'attention. Roger Hodgson s'est illustré par ses magnifiques interprétations de Logical Song (quelle voix!), Give A Little Bit et Take The Long Way Home. Greg Lake nous a offert son excellent Lucky Man. J'aurais toutefois préféré qu'on remplace ce titre par la pièce In The Court Of The Crimson King qui donne la chair de poule et qui est beaucoup plus rare en version live. Ian Hunter a chanté All The Young Dudes. Malheureusement, sa voix est en fin de carrière. Howard Jones a interprété No One Is To Blame avec nuance et sensibilité. C'est toutefois Sheila E. qui a volé la vedette avec son époustouflante performance de The Glamorous Life.. Madame E. est vraiment spectaculaire. On a même eu droit à un solo de batterie mettant en vedette Ringo et madame E.

Le son du disque est excellent et reproduit très bien l'énergie et l'atmosphère du spectacle. J'aurais tout de même un commentaire négatif à faire : la voix de Ringo aurait dû être mixée de façon à ce quelle soit plus dominante dans les chansons Act Naturally et Back Off Boogaloo.

La performance de Ringo et son groupe est parfaitement rodée et maîtrisée. À l'exception de Mark Rivera, ce sont tous de nouveaux membres du All-Starr Band et ça paraît. Même si Ringo ne chante rien de nouveau, l'ensemble du concept All-Starr Band a subi une sorte de cure de rajeunissement. Le livret du CD est intéressant quoiqu'il faille déplorer l'absence de photos de Ringo sur scène.

Finalement, à l'exception de son CD VH1 Storytellers , l'album de Ringo et son nouveau All-Starr Band est sans conteste le meilleur disque sur scène du célèbre batteur des Beatles et un merveilleux souvenir pour ceux et celles qui l'ont vu en spectacle lors de cette tournée en 2001. Le disque, quant à lui, a été enregistré à Chicago.

P.S. : Pourquoi a-t-on oublié de mettre sur ce disque le fameux cri de ralliement de Ringo sur scène What's My Name?

Pour revenir au début de cette page

 


BEATLES BAROQUE II - Les Boréades
De la provocation pure et simple...

par Michel Laverdière

Je n'aurai qu'une seule réserve vis-à-vis cet enregistrement des Boréades, BEATLES BAROQUE II paru récemment chez ATMA (ACD 2 2268) et je choisis d'emblée de l'énoncer tout de suite : je trouve que les arrangements d'Eric Milnes sont trop fidèles aux versions originales. Quand j'écoute des interprétations classiques de chansons pop, je préfère toujours y retrouver la vision de l'arrangeur, une relecture personnelle des oeuvres sinon, quelle interprétation pourrait donc surpasser l'originale des Beatles ? Ceci dit, après ma déception digérée et dûment exprimée, je peux remettre le CD dans le lecteur et réécouter le disque pour enfin le critiquer dans l'optique de travail des musiciens.

Mais ce que je déteste encore plus, c'est quand ces musiciens réussissent par leur choix à prouver que j'ai tort dans mes propres goûts. Quand j'en suis rendu à sourire parce que j'entends Francis Colpron essayer d'imiter la voix de John avec sa flûte à bec dans I Am The Walrus et réussir à me communiquer son plaisir, ou que je m'étonne de ce que Within You Without You soit si bien rendu, et avec quelle fidélité Les Boréades nous interprètent ces chansons. C'est tout-à-fait révoltant.

Pis encore, ils y réussissent partout et dans toutes les chansons. Au départ, cette mauvaise idée d'interpréter les chansons des Beatles aussi fidèlement que possible avec des instruments baroque ne pouvait donner que des résultats médiocres. Pourquoi s'obstiner tout au long de l'enregistrement à prouver absolument le contraire ? Mais voilà que nos joyeux lurons s'amusent en plus. C'est tout-à-fait inacceptable. Ils poussent même l'insulte jusqu'à choisir des pièces presque jamais reprises telles Love You Too, Julia, A Day In The Life ou encore For No One : un choix que seul un vrai amateur des Beatles pouvait faire. Non, mais pour qui se prennent-ils?

Les Boréades feraient mieux de se limiter à la musique baroque : si les musiciens de cet ensemble se mettent aussi à exceller dans la relecture de la musique populaire, NOS classiques, jusqu'où iront-ils? Où seront nos frontières, nos limites, nos références, notre différence? Si on ne peut plus se fier à notre goût personnel parce les Boréades tiennent absolument à nous prouver le contraire et réussir par dessus le marché, où allons-nous ? Et depuis quand un volume II se permet-il d'être meilleur que le premier ? Ça ne se fait tout simplement pas. Je me retrouverais tout-à-coup dans l'obligation de vous conseiller ce disque pour votre bon plaisir. "Shocking !"

Pour revenir au début de cette page