Volume 7 No 2



WINGSPAN

par Yves Boivin

Peut-être avez-vous remarqué un certain disque compact de couleur mauve dans la section « nouveautés » chez votre disquaire? Votre œil averti de véritable fan des Beatles vous a permis de reconnaître les deux mains sur la couverture : Wings! Vous regardez de plus près, il y a trois versions de Wingspan sur le présentoir…
N’ayez crainte, je me suis sacrifié (!) pour vous et me suis procuré les trois versions afin de pouvoir vous présenter ces quelques observations.

Wingspan est une compilation de deux CD comprenant quarante titres qui survolent la carrière post-Beatles de Paul McCartney. Les gros canons se retrouvent sur le premier disque (Hits) alors que le second (History) vous permet de (re)découvrir les joyaux que les bons vieux albums de Wings cachaient. Le tout bénéficie d’un son fraîchement remasterisé. Presque toutes nos chansons favorites s’y retrouvent et un spécial télévisé vient couronner le tout.

Le concept est bon, mais on peut se questionner sur la pertinence de nous présenter une troisième collection de succès après Wings Greatest et All The Best. En fait, Wingspan devait célébrer la brillante carrière du groupe Wings mené par Paul McCartney. On y retrouve pourtant des succès tirés de McCartney, Ram, McCartney II ainsi que de Give My Regards To Broadstreet. J’aurais préféré que l’on s’en tienne à l’idée originale de l’émission télévisée, mais Wingspan est tout de même une addition désirable à nos collections.

Le livret de vingt-quatre pages retrace l’histoire de Wings en photos et en présentant les différents membres qui ont contribué à cette formation. Il nous offre également un texte de Mark Lewisohn (qui n’a plus besoin de présentation) ainsi qu’un court mot de Paul. La présentation est sobre et efficace mais l’histoire de chaque chanson ou autres anecdotes auraient été appréciées pour en faire l’ultime compilation.

Les fervents collectionneurs seront peut-être déçus par l’inclusion d’une seule pièce inédite, Bip Bop/Hey Diddle, enregistrée en 1971 et présentée dans la version télévisée de Wingspan. Cependant, mentionnons la présence de quatre pièces offertes en « version radio » (DJ Edit).

Parlons maintenant des différentes variations de Wingspan parues sur le marché. En plus de la version officielle canadienne, EMI nous suggère deux versions en tirage limité avec une présentation de luxe en provenance de l’Angleterre et des États-Unis. Chacune est recouverte d’un coffret cartonné recouvert d’une image de type hologramme de la couverture de l’album. Superbe! La version américaine est cependant la plus désirable, car les disques sont présentés dans un livre à couverture rigide au lieu du boîtier plastique standard. Outre leur présentation, les deux versions limitées ont également un contenu légèrement différent. En effet, le Canada et les États-Unis nous offrent Coming Up en spectacle et l’Angleterre a opté pour la version studio.

Mentionnons également que Wingspan est aussi disponible en coffret de quatre disques vinyles (version Angleterre) et que le CD japonais comprend quarante et une chansons. Eat At Home serait la pièce supplémentaire. Le coffret vinyle offre en prime un autocollant hologramme de la couverture de Wingspan que l’on trouve sur les éditions limitées en CD.

En résumé, Wingspan demeure indispensable autant pour les nouveaux fans que pour les collectionneurs, ou ceux qui ne sont pas procuré tous les CD de la Paul McCartney Collection parus au début des années quatre-vingt-dix.

Évidemment, j’attends toujours avec impatience le coffret de Wings comprenant des titres inédits, en spectacle, des maquettes et autres chansons parues commercialement mais qui n’ont pas été éditées en format disque compact. Il nous est promis pour Noël 2001, mais avec Wingspan, nous avons quelque chose de substantiel à nous mettre sous la dent en attendant!

Pour revenir au début de cette page