Volume 4 No 4





L'autre George
"In My Life" - George Martin et artistes variés - MCA (1998)


par Roger Drolet

Refaire le trajet

Un projet du "cinquième" Beatle réalisé en 1997 qui nous est finalement parvenu après de longs mois d'attente. En effet, la compagnie britannique Echo (filiale de Chrysalis) a, semble-t-il, eu du mal à trouver un distributeur pour l'Amérique du Nord ! C'est finalement l'étiquette Universal (du groupe MCA) qui nous a livré ce bouquet du Grand Orchestrateur...

Monsieur Martin nous a annoncé ce disque comme étant son dernier, le point final d'une carrière somptueuse qui fit de lui LE réalisateur de disques le plus important du siècle, rien de moins.

Une manière élégante de tirer sa révérence certainement, mais aussi la meilleure façon de se faire plaisir et, par la même occasion, de nous ramener une dizaine de titres du répertoire des Beatles avec de nouveaux interprètes, et pas n'importe lesquels !

Qui choisir pour faire aussi bien ?

Car voyez-vous, George Martin peut choisir de travailler avec qui il veut. C'est là l'un des privilèges de la célébrité mondiale. Dans le livret, il nous indique qu'il gardait un excellent souvenir de la version de "A Hard Day's Night" qu'il avait réalisée avec Peter Sellers. Il prétend regretter de n'avoir pu faire de même avec des immortels comme Django, Miles Davis, Jimi Hendrix ou Gary Cooper. Dans leur cas, il est bien sûr trop tard.

C'est donc onze superstars contemporaines qui ont été dirigées par le maître pour la concrétisation du projet. Des musiciens, des chanteurs et des comédiens se sont donc retrouvés en studio pour réinventer certaines des chansons de George, John et Paul. Robin Williams & Bobby McFerrin, Goldie Hawn, Jeff Beck, Vanessa Mae, Jim Carrey, John Williams, Billy Connolly, Phil Collins, Sean Connery et Céline y vont de leur numéro respectif. En complément de programme, le maestro lui-même dirige deux pièces: un extrait de la trame sonore de "Yellow Submarine" et une pièce originale qu'il a composée à la mémoire de John, "Friends And Lovers" .

J'aurais peut-être préféré que monsieur Martin s'éloigne un peu plus des versions originales, ce qui n'est pas vraiment le cas (sauf dans quelques exceptions). Depuis leur enregistrement initial avec les Beatles, les progrès technologiques ont été fulgurants mais, en restant près des orchestrations d'époque, la comparaison avec les versions des Fab Four n'est pas nécessairement à l'avantage des interprètes recrutés ici. Je vous laisse apprécier et choisir vos préférées mais je me permettrai de vous pointer les miennes: "A Hard Day's Night" par Goldie Hawn faite à la manière de Peggy Lee ou Marilyn Monroe, "Because" de la superbe jeune violoniste Vanessa Mae, "In My Life" récitée par l'ex-007 Sean Connery et, sans doute la meilleure, "Here There And Everywhere" par la grande Céline, ceci dit sans chauvinisme aucun. Madame Dion a d'ailleurs également enregistré cette année la chanson "Happy Xmas" de John; on peut retrouver cet enregistrement sur l'album "These Are Special Times".

Énigme non encore résolue

C'est avec un certain étonnement qu'on a remarqué qu'on avait retiré deux titres devant figurer sur l'album. En effet, "Ticket To Ride" interprité par Petropolis Girl's Choir with Ricardo Magno ainsi que "Blackbird" de Bonnie Pink apparaissent, semble-t-il, respectivement sur les versions sud-américaine et japonaise du disque mais nous n'avons pas encore pu vérifier. Ces "bonus tracks" sont d'ailleurs annoncées sur le site web promotionnel suivant: http://www.echo.co.uk/Gmartin/index.htm.

Autre particularité qui a son importance pour plusieurs fans: les crédits ne sont pas spécifiés pour chaque pièce prise individuellement. Ainsi, on sait que Robbie McIntosh et Ian Thomas ont joué sur l'album mais il faut deviner sur quelle plage. Quant aux paroles: absentes !

Est-ce vraiment le dernier enregistrement signé George Martin à être distribué ? Je ne gagerais pas un vieux dix là-dessus mais comme il vaut mieux être prudent, je vous recommande chaudement l'achat de celui-ci.

Pour revenir au début de cette page

 


VH1 Storytellers: Ringo Starr, la vidéocassette

par Alain Lacasse

« Storytellers » est, bien sûr, un CD de Ringo qui fait l'objet d'une critique d'Isabelle Simard dans ce numéro du RQABulletin. Cependant, c'est d'abord et avant tout, un spectacle intime devant un nombre restreint de personnes qui a eu lieu en mai 1998 à New-York et qui a été enregistré et filmé par la chaîne de télévision américaine VH1.

Une partie de ce spectacle a été diffusé chez VH1 à la fin de juin dernier. Dans ce concert, Ringo interprète en direct quelques chansons, raconte des anecdotes où la petite histoire de chacune d'elles et répond aux questions du public.

Polygram vidéo a eu la bonne initiative de sortir « VH1 Storytellers » de Ringo au mois de décembre 1998 en vidéocassette au Canada.

Ce document contient plus de chansons que ce qui a été diffusé sur VH1. De plus, on y trouve plus de commentaires et anecdotes de Ringo que sur le CD. Toutefois, il y a moins de chansons que sur le CD qui contient le spectacle au complet. C'est le point négatif. Polygram vidéo aurait sûrement pu mettre en vidéocassette tout le concert. Il est vraiment dommage qu'il ne l'ait pas fait.

La réalisation rend bien le cachet intimiste de la performance. Nous sentons et voyons bien la proximité et l'atmosphère chaleureuse entre l'artiste et le public. C'est comme si on y était.

La mise en scène et le travail des caméras sont efficace et discret. Le public, qui se trouve à moins de 50 pieds de Ringo, assiste à un concert exceptionnel.

Ringo est au sommet de sa forme. Chaleureux, drôle, sympathique, naturel, il connaît la scène, le métier et tisse rapidement une relation avec l'auditoire. Pour ce spectacle, Ringo, le batteur, s'est fait plus discret et a davantage laissé la place au chanteur. Sa voix n'a jamais été aussi bonne qu'en 1998. De plus, son groupe « The Roundheads » s'avère excellent et efficace. Espérons qu'il fera un jour une tournée canadienne avec cet orchestre.

En ce qui me concerne, ce « Storytellers » concrétise, en quelque sorte, le concert d'un ex-Beatles que je souhaitais voir. Être près de l'artiste, savoir qu'il est conscient que nous sommes là près de lui. Quel atmosphère! Que demander de mieux! A quand des « Storytellers » avec Paul McCartney et George Harrison.

Cette vidéocassette s'avère un excellent complément au CD « Storytellers » ou vice-versa. Parmi les faits saillants de ce spectacle, mentionnons entre autres, « Back Off Boogaloo », « Don't Pass Me By », « Octopus's Garden », « Love Me Do », et plusieurs autres.

Je vous recommande fortement la vidéocassette « VH1 Storytellers » de Ringo Starr chez Polygram vidéo.
Bon spectacle!

Pour revenir au début de cette page