Volume 10 No 3 et 4





Les Beatles 101 en français

par Yves Boivin

La nouvelle offrande des Disques XXI se retrouve enfin dans les bacs de votre disquaire préféré. En effet, l’histoire de la création du disque « Les Beatles 101 en français » a été ponctuée de nombreux délais et plusieurs anecdotes mais je laisse à Martin Duchesne le soin de vous les raconter comme lui seul sait le faire à l’intérieur du très complet livret du disque. De plus, vous y retrouverez des textes de Roger Drolet, Alain Lacasse et Richard Baillargeon, des noms que les habitués du RQAB reconnaîtront. Grâce à eux, vous en saurez beaucoup plus sur les chansons des Beatles interprétées en français par nos artistes.

L’histoire d’amour des interprètes et groupes québécois avec la musique des Beatles est remarquablement bien démontrée, autant par la sélection et la diversité des pièces offertes sur le CD que par la liste que vous pouvez consulter dans les dernières pages du livret, gracieuseté de M. Baillargeon et de la SARMA. Voilà un travail remarquable qui mérite d’être souligné. On apprend un peu avec surprise que la mode d’interpréter les chansons des Beatles en français s’est poursuivie durant les années 70 et après. Laissons de côté le contenant pour quelques instants et regardons le contenu de plus près.

Comme je l’ai précédemment mentionné, le choix des pièces et des interprètes est très varié, presque autant que les styles musicaux représentés sur le disque. On passe aisément du pop au lounge, en passant par l’expérimental et le semi classique. Outre les incontournables Baronets, on retrouve des noms comme Michèle Richard, Renée Martel, Les Sinners, Les Sultans ainsi que Pierrette Roy, Roland Montreuil, Claire Lepage et les Hou-Lops, pour ne nommer que ceux-là. La qualité des paroles est également assez variée. Certains ont opté pour des traductions assez fidèles alors que d’autres inventent des histoires, parfois avec des résultats plutôt farfelus.

Ouvrez maintenant le deuxième côté du coffret et découvrez un livret rempli de photos qui documentent la visite des Beatles à Montréal, un certain soir de septembre 1964. Il s’agit là d’un très beau document qui témoigne bien du soin avec lequel le produit a été assemblé.

En résumé, avec « Les Beatles 101 en français » vous avez une collection variée et intéressante de pièces présentées dans un coffret où tous les détails ont été soignés, avec une qualité sonore irréprochable compte tenu des sources de ces enregistrements. Michel Laverdière et son équipe des Disques XXI nous offrent ici un produit exceptionnel. C’est une acquisition désirable et différente que je vous recommande pour votre collection.

Pour revenir au début de cette page

 


Les Beatles - Enquête sur un mythe (1960-1962)
Un livre exceptionnel


par Alain Lacasse

Ce livre de l'historien et auteur français Eric Krasker, paru en France à l'automne 2003 aux Editions Séguier, s'avère un ouvrage de référence que nous pouvons classer aux côtés des publications incontournables de Mark Lewisohn.

M. Krasker nous propose un ouvrage exceptionnel qui fait le point sur cette période charnière de la carrière des Beatles qui va de 1960 à 1962 et qui fut si mal connue durant de nombreuses années. Dans un premier temps, l'auteur s'attarde sur les séjours des Beatles à Hambourg, leur rencontre et leur relation avec Tony Sheridan et les sessions d'enregistrement. Ainsi, j'ai pu en apprendre davantage sur la carrière de Sheridan avant son arrivée à Hambourg. Les enregistrements pour Polydor sont aussi étudiés en détails et avec minuties. L'auteur fait le point sur ce qui a été publié sur ces différents sujets dans le passé et fait le tri entre les faits et les fabulations d'auteurs plus ou moins approximatifs.

Au chapitre 2, Eric Krasker fait le point sur l'épisode " Raymond Jones ", cet amateur qui demanda un jour au magasin NEMS le fameux disque My Bonnie par les Beatles. Il revient sur les origines de cette histoire et ses nombreuses variations pour aboutir aux faits exacts concernant ce fameux client. Au chapitre suivant, l'auteur s'intéresse aux circonstances entourant le décès de Stuart Sutcliffe. Nous avons droit à des hypothèses parfois stupéfiantes que met en lumière M. Krasker. Le chapitre 4 est consacré au renvoi de Pete Best et s'attarde sur toutes les hypothèses évoquées depuis plusieurs décennies concernant les raisons ayant amené le départ du batteur des Beatles en août 1962 et son remplacement par Ringo Starr. Le dernier chapitre est dédié aux enregistrements du Star-Club de décembre 1962. J'avoue avoir beaucoup appris sur cette question. Eric Krasker fait un excellent résumé de tous les procès qui ont eu lieu concernant la publication des enregistrements du Star-Club.

Eric Krasker a fait un travail d'une rigueur digne d'une démarche universitaire. Ce qui est tout à l'honneur de l'historien qu'il est. Il expose les faits et les hypothèses, les convergences, les contradictions et il les confronte. Cela permet d'éliminer aisément les théories farfelues qui ont émaillé la carrière des 4 garçons de Liverpool. Chaque chapitre est complété par une bibliographie rigoureuse et crédible. De plus, l'auteur a pu mettre la main sur des documents d'archives exclusifs, notamment du côté de la compagnie de disque Polydor en Allemagne, qui permettent de faire la lumière sur certains points qui étaient restés jusqu'à ce jour nébuleux. Malgré tout, vous verrez que certains événements resteront peut-être, pour longtemps encore, inexpliqués. D'autre part, il a rencontré les témoins privilégiés de ces événements que ce soit Tony Sheridan, Pete Best, des employés de studio de Polydor à Hambourg et des musiciens ayant joué avec Tony Sheridan et avec les Beatles. Le livre " Les Beatles - Enquête sur un mythe 1960-1962 " offre aussi plusieurs illustrations exclusives et des photos rares qui participent avec pertinence au propos du livre. En dépit de sa grande rigueur et de sa recherche exhaustive, cet ouvrage se lit facilement et évite le côté aride et rébarbatif que peuvent avoir certains livres écrits par des universitaires. M. Krasker s'adresse à tous les amateurs des Beatles qui veulent mieux connaître cette tranche de la vie du plus grand groupe musical de l'histoire.

Eric Krasker, aussi collaborateur aux revues Record Collector, Beatles Unlimited, Belmo's Beatleg, The 910 Newsletter, Discoveries et Beatlefan, nous offre un document de référence incontournable sur la période 1960-1962, agréable à lire et très enrichissant. Et puis, un livre en français de cette qualité est excessivement rare. " Les Beatles-Enquête sur un mythe 1960-1962 " d'Eric Krasker, publié aux Editions Séguier, est un livre essentiel pour toute bonne bibliothèque Beatles que je vous recommande de lire fortement. Vous ne serez pas déçu. L'auteur connaît parfaitement bien son sujet et l'exactitude des faits qu'il expose vous épatera. Si vous ne pouvez vous le procurer chez votre libraire, je vous suggère de l'acheter via les sites Internet français de la " FNAC " ou " Amazon.fr ". Bonne lecture !

Pour revenir au début de cette page

 

Les Tempêtes*, des personnages de roman presque aussi vrais que nature!

par Richard Baillargeon

Chacun de nous a rêvé un jour de créer, de gérer ou de faire partie des " prochains Beatles québécois ". Moi-même, j'ai longtemps souhaité recréer la trépidante époque des années 60 locales par le biais d'un groupe fictif qui m'aurait permis de raconter certains passages 'pas racontables' dans une biographie officielle! C'est un peu ce que vient de concrétiser, pour notre plus grand plaisir, l'écrivain-journaliste Alain M. Bergeron. Ancré dans le décor réaliste de l'année 1964, le roman sous-titré Les mémoires d'un Beatle raté nous amène à partager l'aventure, parfois sublime, souvent cocasse, des Tempêtes, groupe de Victoriaville (comme son auteur) dont le destin sera lié, l'espace de quelques heures, aux quatre célèbres chevelus de Liverpool.

UN GROUPE

Les Tempêtes sont un quatuor. Ils ont de l'ambition. Ils ont un gérant improvisé en la personne de leur ami Jacques Gagné qui leur fait graver un premier 45 tours à 100 exemplaires, dans des conditions douteuses. Ils auront bientôt un manager rompu à tous les rouages du showbusiness, un certain Monsieur Roger et, avant la fin de l'année 1964, ils auront vécu bien des aventures et quelques déceptions.

UNE ÉPOQUE

Sa formation de journaliste, associée à un souci du détail qui caractérise les gens passionnés par leur sujet, amène l'auteur à situer l'action dans le contexte typique du Québec de l'époque, au moment où les Beatles débarquent en Amérique. Ainsi les Tempêtes ont une première occasion de se faire voir à l'extérieur de leur patelin lors d'un passage à l'émission Bonsoir Copains! de CHLT-TV à Sherbrooke, où ils côtoient le groupe en résidence: les Hou-Lops. Ils voient bientôt deux de leurs chansons monter au palmarès de la revue Dis-Q-Ton et sont invités à Jeunesse d'aujourd'hui pour présenter Avec toi en lip-sync (ou, comme on dit en France, en play-back). Pour ajouter un peu de piquant, la même émission compte aussi parmi ses invités les éternels rivaux des Tempêtes: les Copains, un autre groupe sous la houlette de Monsieur Roger!

UNE JOURNÉE

Tout le cheminement des 19 premiers chapitres prend un sens nouveau à partir de la phrase " Vous travaillez ce soir-là ". Ce soir-là, c'est bien sûr le 8 septembre 1964, LA journée mythique pour tout fan des Beatles autant que pour des milliers de jeunes musiciens au Québec. Les Tempêtes arrive à point pour souligner le 40e anniversaire de cette date historique, le roman étant paru à la fin de l'été 2004.

Sans vendre le punch, disons que les quatre jeunes gens, l'omniprésent Jacques Gagné, de même qu'une nièce de Monsieur Roger ont pu voir le spectacle du groupe britannique dans les gradins, du côté gauche, au Forum de Montréal, après être passés par toute une gamme d'émotions. Et les lecteurs s'y trouveront eux aussi, immanquablement. Pour la petite histoire, soulignons que les événements décrits dans cette chronique romancée auraient même influencé la création d'une chanson bien réelle que nos oreilles et celles du monde entier allaient découvrir un an plus tard, fin 1965.

Une autre habileté spéciale qu'a su maîtriser l'écrivain, consiste en la récupération en toute vraisemblance d'un 'trou noir' auquel s'est buté jusqu'à présent tout chercheur abordant la couverture médiatique du passage montréalais des Fab 4. On en vient pratiquement à se dire: si les Tempêtes n'ont pas existé, il était nécessaire de les inventer.

Bref, Les Tempêtes nous replonge dans l'ambiance de 1964, en pleine Beatlemanie, et ajoute à la magie des archives officielles dont les ouvrages consultés sont énumérés en fin de volume. Le livre de monsieur Bergeron inclut aussi un mini-DC contenant les 4 compositions originales des Tempêtes dont une contient en intro un clin d'oeil involontaire à une perle rare du répertoire beatlesien. Et n'oublions pas ce signet d'accompagnement qui, aussitôt fabriqué, s'avère déjà un objet de collection.

De toutes les reconstitutions historiques autour du phénomène Beatlemanie, et je pense particulièrement aux Wonders du film That Thing You Do d'il y a quelques années, ce roman est l'un des plus fidèles à l'esprit de '64. Au fait, pourquoi les Tempêtes n'inspireraient-ils pas un cinéaste mélomane? Les candidatures sont ouvertes.

Un brillant exercice, plaisir assuré!
* Les Tempêtes, roman de Alain M. Bergeron, collection Graffiti, Soulières Éditeur, Saint-Lambert, 2004

Pour revenir au début de cette page