Volume 10 No 2





Paul McCartney, The Music And Animation

par Michel Laverdière

La première fois que j'ai entendu parler de Tropic Island Hum, j'étais en Angleterre au Air Studio, en janvier 1998, et mon ami Ian Dean me racontait qu'il revenait de diriger un arrangement pour grand orchestre qu'il avait écrit pour le générique de ce dessin animé.

J'avais rencontré Ian la première fois à Londres en mai 1995 alors que nous allions tourner dans les bureaux de MPL le film L'Univers classique de Paul McCartney avec Carl Aubut. Nous avions été présentés par un ami commun avec qui Ian avait étudié sous l'égide de Sir George Martin. Il me confiait à ce moment qu'il était jaloux de nous, à savoir que nous allions rencontrer Paul McCartney. Et voilà que moins de trois ans plus tard, c'est Sir George Martin lui-même qui conseille à Paul d'engager Ian Dean pour écrire et diriger en studio les orchestrations de la chanson-thème de Tropic Island Hum.

Je l'ai plusieurs fois accompagné jusqu'à la porte des studios de montage près du British Museum, mais d'autres obligations m'empêchaient d'entrer y faire un tour. Je savais aussi que Paul n'y était pas, car je lui avais parlé au téléphone de ses bureaux de MPL pour recevoir son approbation de l'enregistrement du quatuor La Flûte Enchantée qui interprétait un arrangement pour quatre flûtes du Liverpool Oratorio. Il était alors dans le Sussex. Mais j'aurais bien aimé jeter un coup d'œil aux personnages animés. Ce n'est que lors de la sortie de Flaming Pie et du documentaire filmé que je pus en voir des extraits, comme tout le monde d'ailleurs.

On sait aussi qu'il y eu quelques bootlegs de cette chanson et de la trame sonore qui ont circulé et nous en discutions Ian et moi, à savoir qu'il était absolument impossible qu'un technicien quelconque ait pu dérober une copie pour la publier : Paul contrôle tout et tous ceux qui sont impliqués dans ses projets connaissent les termes et conditions à respecter. Une seule explication donc... ces bootlegs sont non officiellement "autorisés" par Paul lui-même. Il serait trop risqué financièrement pour qui que ce soit parmi les techniciens de prendre un tel risque.

Voilà pour la petite histoire en guise d'introduction. Pourquoi se procurer ce DVD? D'abord et avant tout pour Tuesday : non seulement une œuvre orchestrale remarquable, mais aussi un dessin animé poétique et onirique qui mérite de se classer parmi les petits chefs-d'œuvre de l'histoire du dessin animé. Et aussi pour en apprendre plus sur Paul McCartney, ses goûts, ses passions, ses projets. Paul n'arrête jamais. Il était un Beatle et il chante toujours, on le sait tous. Mais il écrit aussi, il compose de la musique sérieuse, il peint, il produit des films, il milite, il proteste, il procrée... En fait, il vit sa vie. Et il repart à nouveau en tournée cet été...

Sur le DVD : Tropic Island Hum, Tuesday, Rupert and the Frog Song.
Entrevues avec Paul McCartney, story board, etc.
43 minutes.
En anglais, sous-titres en espagnol.
Un beau document, mais un peu trop cher... Pour le collectionneur, surtout.

Pour revenir au début de cette page

 


Redécouvrir George Harrison
THE DARK HORSE YEARS
1976-1992


par Alain Lacasse

Le coffret CD The Dark Horse Years: 1976-1992, qui a paru à la fin février 2004, nous offre l'occasion de redécouvrir une des périodes les plus intéressantes de la carrière de George Harrison. Cet emballage discographique nous propose de réentendre tous les disques solos de George de l'étiquette Dark Horse - label fondé par Harrison - antérieurs à 1992. Ainsi, nous pouvons apprécier à nouveau les albums suivants : 33 1/3, George Harrison, Somewhere In England, Gone Troppo, Cloud Nine et Live In Japan.

Chaque CD offre une ou des pièces supplémentaires. Pour beaucoup d'entre elles, il s'agit de versions démo et acoustiques. Cependant, nous trouvons sur 33 1/3 une rareté, Tears Of The World. Du côté de Cloud Nine, nous avons deux chansons tirées du film Shanghai Surprise offertes pour la première fois en CD, soit la chanson thème du film et la pièce Zig Zag. Seul le disque double Live In Japan ne contient aucun bonus. Tous les albums du coffret sont aussi offerts individuellement chez votre disquaire préféré. Le son de chaque CD a été remasterisé et ça parait. Toutefois, le son aurait pu être plus fort. Je le trouve, au niveau du volume, un peu faible. Le disque Live In Japan est le seul qui est présenté sous la forme SACD Hybride. La qualité audio est indiscutable. J'ignore pourquoi seul ce titre est SACD Hybride. Il aurait aussi été intéressant d'avoir plus de chansons supplémentaires sur chaque album. Il y avait encore de la place en masse sur chaque CD. Faut croire qu'on s'en garde pour un coffret d'inédits. Tous les livrets ont été retouchés et augmentés en termes de pages et d'informations. Nous y lisons les commentaires de George sur les chansons de chaque album. Il y a aussi plus de photos. Soulignons aussi le fait que la pochette du CD Somewhere In England a été refaite comme le souhaitait Harrison lors de sa sortie originale en 1981 et que la compagnie de disques n'avait pas respecté.

Le coffret The Dark Horse Years: 1976-1992 offre aussi en exclusivité un DVD de 75 minutes vraiment excellent. Il y a plusieurs entrevues de George Harrison, l'histoire de l'étiquette de disques Dark Horse, presque tous les vidéoclips de George Harrison (il ne manque que All Those Years Ago et Blow Away) et quatre chansons filmées lors du concert au Japon. Le DVD se trouve dans un petit livre comprenant aussi l'histoire de l'étiquette Dark Horse par Olivia Harrison et un autre texte de David Fricke ainsi que plusieurs photos.

The Dark Horse Years: 1976-1992 nous permet de redécouvrir un George Harrison en pleine maturité musicale et artistique. Son univers est bien défini. Le son est distinctif. On reconnaît immédiatement l'atmosphère " harrisonienne ", ce qui fait que ces chansons, époque Dark Horse, sont indémodables. Chose rare à un moment où le disco et ensuite le punk sévissaient. Cela prouve à nouveau que George Harrison était intègre et sans concession dans son art. C'est tout à son honneur. Vous en serez convaincu en réécoutant ses succès de l'époque tels que : This Song, Crackerbox Palace, Blow Away, Love Comes To Everyone, All Those Years Ago, Got My Mind Set On You et When We Was Fab. De plus, ce coffret et ces rééditions nous permettent de réentendre des bijoux, pour ne pas dire des chefs-d'oeuvre " harrisoniens " , comme Here Comes The Moon et Life Itself ou d'autres pièces fascinantes telles le doo-wop Really Love You sur l'album Gone Troppo. Il y a aussi ce formidable disque en spectacle Live In Japan . Formidable. D'ailleurs ce dernier album a été remixé et pas pour le mieux, si on compare avec la première édition CD de 1992. La présence du public est trop discrète. On ne l'entend plus réagir lorsque George commence un de ses grands succès, que ce soit Something, My Sweet Lord, Give Me Love, If I Needed Someone ou All Those Years Ago. On a aussi coupé les interventions parlées de George entre les chansons. Dommage. Toutefois, ceci est quand même mineur.

Je vous recommande fortement ces rééditions et surtout le coffret The Dark Horse Years: 1976-1992 si vos moyens financiers le permettent. C'est un très bon achat et une très belle pièce de collection. Le SACD Hybride Live In Japan se vend environ 40 $ et les autres CD se vendent entre 19 $ et 24 $. Quant au coffret, attendez-vous à le payer aux alentours de 120 $. Pour ceux qui l'ignorent, la ressortie du catalogue Dark Horse et le coffret avaient été planifiés par George Harrison lui-même et c'est même lui qui a sélectionné les chansons supplémentaires. La famille ne fait que respecter les désirs du regretté ex-guitariste des Beatles. En terminant, je donne un gros huit sur dix à ce coffret. On l'attendait et il comble bien nos attentes.

Bonne écoute!

Pour revenir au début de cette page